Althytude

[Contenu]

Accueil > Les performances techniques de l'Hythane

Les performances techniques de l'Hythane

L'addition d'hydrogène dans le gaz naturel augmente sensiblement la vitesse de flamme. 

Des essais récents, menés dans le cadre du projet européen Naturalhy, on permis de visualiser la propagation de la flamme de mélanges de gaz naturel (en fit du méthane pur) et d'hydrogène. La figure ci-contre montre une série de photos prises à intervalles réguliers (1,2 ms) à partir du début de la combustion (du haut vers le bas) pour différents taux d'hydrogène dans le gaz naturel (de gauche à droite). Une vitesse de flamme plus importante, cela signifie une combustion rapide et plus stable.

Le mélange d'hydrogène et de gaz naturel (H-GNV) diminue de 7% la quantité de carbone émise au cours de la combustion.

Le mélange H-GNV à 20% d'hydrogène produit 20% de CO2 en moins (0,8 au lieu de 1), mais une énergie inférieure à de 14% (8,6 au lieu de 10). Pour obtenir la même énergie (ce qui compte pour le moteur), il faut donc un volume de mélange supérieur (10/8,6 = 1,16), qui produira donc un volume de CO2 de 0,8 * 1,16 = 0,93. Donc, pour obtenir la même énergie, le mélange hydrogène/gaz naturel produit 7% de CO2 en moins.

Le mélange de gaz naturel et d'hydrogène diminue l'autonomie d'environ 9%.

On a vu que la même production d'énergie exigeait 1,16 volume de mélange au lieu de 1 avec le gaz naturel seul. Ceci veut dire que le volume de mélange à stocker dans les réservoirs sera supérieur de 16% à celui du GNV, donc une autonomie réduite de 14% pour un même réservoir. Cet inconvénient est limité par le rendement supérieur du moteur, estimé à 5%. On ne diminue donc l'autonomie que de 9%.